Évidence de l'histoire : François Hartog

Évidence de l'histoire : François Hartog

Prix normal
¥400
Prix réduit
¥400
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.

Ce que voient les historiens
Science
Publié chez Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 2005, 285 pages
ISBN 9782713220692

L’histoire semble aller de soi. Pourtant, prononcer 'l’évidence de l’histoire', n’est-ce pas aussitôt ouvrir un doute - est-ce si évident, après tout? L’évidence est le fil conducteur de ces pages qui interrogent le statut du récit historique, l’écriture de l’histoire, la figure de l’historien, à la fois chez les Anciens et chez les Modernes, de la Méditerranée ancienne à la France de la fin du xxe siècle. Depuis qu’Hérodote a fait appel à l’historia (comme procédure venant se substituer à la vision octroyée par la muse au poète inspiré), l’histoire est devenue une affaire d’oeil et de vision et n’a cessé de travailler sur le partage entre visible et invisible. Voir et dire, mais aussi dire et faire voir - en faisant du lecteur un spectateur - tels ont été depuis lors quelques-uns des problèmes qui ont constitué l’ordinaire des réflexions de l’historien. Consacrée à l’historiographie moderne, la seconde partie du livre suit la même interrogation. C’est bien cette frontière entre res gestae d’une part et historia rerum gestarum de l’autre que les historiens modernes questionnent. Pour eux aussi, l’histoire est une affaire d’oeil et de vision ; parvenir à la vue réelle des choses, en voyant plus loin et plus profond. Mais la conjoncture de la fin du xxe siècle, avec la domination du présent, semble mettre en question l’évidence de l’histoire. Quel rôle pour l’historien face au 'défi narrativiste', à la montée du témoin, à celle du juge, et alors même que mémoire et patrimoine sont devenus des évidences?