Le Rappel à l'ordre : Enquête sur les nouveaux réactionnaires : Daniel Lindenberg

Le Rappel à l'ordre : Enquête sur les nouveaux réactionnaires : Daniel Lindenberg

Prix normal
¥400
Prix réduit
¥400
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés lors du passage à la caisse.


France
Publié chez Seuil - La République des Idées, 2002, 94 pages
ISBN 9782020558167

Le petit livre qui met le feu aux poudres. Historien des idées, professeur de sciences politiques à Paris-VIII, Daniel Lindenberg est aussi conseiller à la revue Esprit. Dans ce court ouvrage, l'auteur fait le portrait d'une nouvelle famille de pensée : "les nouveaux réactionnaires". Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? D'où viennent-ils ? Et surtout quoi de commun entre les écrivains Dantec, Houellebecq, Muray, les philosophes Badiou, Manent, Gauchet, le sociologue Taguieff, ou le journaliste Algamondo ? Peut-être bien une certaine vision du monde fondée sur une opposition de principe et une dénonciation de la culture de masse, de la liberté des mœurs, de la pensée soixante-huitarde, du "droit-de-l'hommisme", à laquelle Lindenberg ajoute d'autres procès : contre les intellectuels, contre la société "métissée", contre l'islam et contre l'idée d'égalité. En somme c'est tout un pan de la pensée de la Révolution française et des fondements républicains qui sont mis à mal par ceux-là mêmes qui originellement, de part leur positionnement à gauche ou apparenté à gauche, auraient pu défendre ces mêmes valeurs. Lindenberg veut lever "l'ambiguïté idéologique" sur ces "nouveaux réactionnaires" (l'expression reprise par tous les médias devenant déjà un concept à part entière) en montrant comment cette mouvance, pour l'instant non regroupée dans un organe politique, même si l'on en trouve certains chez les souverainistes proches de Chevènement, "transgresse tous les interdits de la culture de gauche". "Nous ne voudrions pas laisser croire que notre propos est de faire le procès des procès" affirme Lindenberg. Trop tard ! Le mal est fait et la polémique grandit car le livre de Lindenberg semble parfois plus porter sur une charge contre des personnes en particulier que sur un débat d'idées. À suivre… Les réponses ne risquent pas de manquer. --Denis Gombert